Alimentation santé, Le corps humain, risques

Ce qu’on sait du Coronavirus et des enfants

Il a pu être constaté que les cas d’enfants âgés de moins de 10 ans qui développent les symptômes de la maladie seraient autour de 1%, voire moins. Selon les chiffres de l’enquête et du modèle proposé par l’Institut Pasteur courant avril 2020, la mortalité chez les moins de 20 ans est de 0,0001%.  A ce jour, il n’existe que des hypothèses sur la raison pour laquelle le virus a moins de prise sur les enfants.

Voici le résumé des données fournies par la pré-étude  » Epidemiological Characteristics of 2143 Pediatric Patients With 2019 Coronavirus Disease in China »

*Les enfants peuvent contracter le SARS – Cov2 mais sont dans la très grande majorité des cas asymptomatiques ou peu symptomatiques.

*Il n’y aurait pas de différences significatives entre les filles et les garçons, dans leur susceptibilité à manifester le COVID 19.

Les enfants face au SARS – COV 2

Hypothèse n°1:

On sait que le système immunitaire des enfants ne fonctionne pas tout à fait de la même façon que celui des adultes, même si les études sur le sujet sont assez peu nombreuses. Comme pour les enfants, chaque pathogène rencontré est strictement nouveau pour l’organisme, et compte tenu de l’importance des contacts avec tous ces nouveaux pathogènes ‘crèche, cours de récré, …), les anticorps des enfants pourraient être, jusqu’à un certain âge, un peu moins spécifiques.

Les anticorps sont produits spécifiquement par le corps pour lutter contre un pathogène précis. Il suffit que le pathogène mute un peu pour que les anticorps ne soient plus efficaces. Avec des anticorps « à large spectre », les enfants auraient ainsi une réponse immunitaire acquise beaucoup plus efficace, leurs anticorps pourraient agir sur différentes variantes d’un même type de pathogène, et ainsi empêcher le développement de la maladie.  

Hypothèse 2 : la tempète cytokinique

La réponse immunitaire normale aux infections bactériennes et virales comporte la libération par les cellules du système immunitaire de messagers chimiques (cytokines) qui régulent et coordonnent les réponses immunitaires de l’hôte aux agents pathogènes envahisseurs. Un déséquilibre de la réponse cytokinique (tempête cytokinique) peut léser la barrière vasculaire, ce qui entraîne œdème tissulaire, une fuite capillaire, puis une défaillance polyviscérale.

Le choc cytokinique touche essentiellement des adultes dans la force de l’âge. Il semble que les enfants, dont le système immunitaire est encore immature, et les personnes âgées, dont l’immunité est affaiblie, soient plutôt épargnés par cette flambée immunitaire.

Ceci laisserait entendre que chez les plus jeunes, le système immunitaire ne s’emballe pas de la même façon, que la réponse inflammatoire est moins forte, ce qui n’entraînerait pas ou peu de complications sévères.

Hypothèse 3 : Les récepteurs ACE 2

Récepteurs Spike et Estérase de l’ACE2

Les marqueurs ACE2 (enzyme de conversion de l’angiotensine 2) sont les portes d’entrée du virus SARS – COV2 dans l’organisme. Ce marqueur est exprimé dans de nombreux organes : poumons, cœur, intestin, reins, cerveau. Le SARS-CoV2 utilise ce récepteur pour pénétrer dans l’organisme et débuter l’infection. Or, il est possible que les récepteurs ACE 2 soient plus nombreux chez les enfants que chez les adultes, ou bien que les récepteurs soient de forme différente. Ainsi, lorsque le virus utilise et bloque le récepteur, il en resterait de disponible pour les fonction habituelle de l’organisme. Ceci pourrait expliquer, l’absence de sévérité de la maladie au niveau pulmonaire chez les enfants.

Qu’est-ce que la maladie de Kawasaki?

C’est une maladie cardiaque qui implique parfois des artères coronaires, et qui se produit chez les enfants en dessous de 8 ans – avec fièvre, conjonctivite, une inflammation des muqueuses, une adénopathie, c’est-à-dire une inflammation des ganglions lymphatiques… C’est une sorte de réaction immunologique anormale dont on ne sait pas exactement par quoi elle est provoqué. Il y a beaucoup point d’interrogations autours de cette maladie, mais pas beaucoup de réponses. De nombreux médecins soulignent que cela ne change pas les données épidémiologiques que l’on connaît. Les enfants touchés ne sont pas condamnés, leur état s’améliore avec des soins. Il faut faire des recherches, et il faut garder à l’esprit qu’on parle de quelques dizaines de cas.

Autres sources : FranceCulture, Académie Marsaud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s