Conseils santé, Femme, Grossesse et maternité, Spiritualité

Comment aider au démarrage de l’allaitement?

Photo de Cleyder Duque sur Pexels.com

Pour beaucoup de femmes se posent la question de l’allaitement. Dans les arguments « contre » j’entend souvent : « le bébé ne dormira pas s’il n’est pas suffisamment nourri », ou que « le corps sera moins joli après l’allaitement ». Il y a aussi la confusion entre la poitrine nourricière et la poitrine « attribut sexuel ». L’autre fait marquant de la génération des années 80-90, c’est que les jeunes mamans ou maman en devenir ont rarement eu dans leur entourage de modèles/repères féminins allaitant leurs enfants pour pouvoir s’en inspirer. A cela s’ajoute la vie moderne où nombreuses sont celles qui mettront fin à l’allaitement à la reprise du travail vers les 3 mois de l’enfant. Plusieurs choix sont possibles et ils sont tous respectables car chaque parent fait de son mieux pour ses enfants selon ses propres connaissances et possibilités. Voici simplement ici quelques conseils et références pour les femmes qui souhaitent allaiter.

Recommandations de l’OMS sur le sujet :

L’Organisation mondiale de la santé recommande déjà depuis 1997 d’attendre deux à trois jours avant le premier bain, le temps que le vernix soit absorbé. Et un allaitement exclusif les six premiers mois de l’enfant, avant d’introduire progressivement de la nourriture jusqu’à ses 12 mois.

Bienfaits connus de l’allaitement

Bienfaits de l’allaitement
  1. Pour l’enfant, outre sa fonction nourricière, le sein prévient les allergies, les infections gastro-intestinales, respiratoires, oto-rhino-laryngologiques, contribue à un système immunitaire fort, à un système nerveux central équilibré et à une vie affective harmonieuse.
  2. Pour la maman : les premières tétées font se contracter l’utérus et l’aident à se remettre en place , les saignements post-partum diminuent. L’allaitement protège la mère du « baby blues » en relançant la production d’une hormone : l’ocytocine. Le risque de développer un cancer du sein, de l’ovaire et de l’utérus diminue de 60 % après 1 à 3 mois d’allaitement.

 Le saviez-vous ?

La composition du lait de la maman (des milliers de constituants en modification constante dans 87% d’eau) suit le développement de l’enfant. Il offre en fait trois variétés dans le temps :

  • colostrum ou premier lait des 5 premiers jours ;
  • lait de transition du 6ème au 15ème jour;
  • lait mature qui présentent des différences au niveau des graisses, des protéines, des minéraux, des oligoéléments et des vitamines.

Les bonnes conditions pour démarrer l’allaitement

Le plus important dans l’allaitement, c’est que la maman prenne du plaisir à ce qu’elle fait. Bébé le sentira ! Ceci étant dit, je vais vous expliquer comment de façon simple et traditionnelle on peut favoriser la mise en place de l’allaitement.

  1. La tétée d’accueil !

Instinctivement, bébé va remonter le long de votre ventre pour venir se blottir dans vos seins…et faire sa première tétée ! Un moment câlin, de réconfort et de soulagement avec l’épreuve de l’accouchement !

Vous pouvez demander qu’on laisse bébé sur votre ventre/poitrine. Si tout va bien, il n’est jamais urgent de nettoyer, peser et habiller le bébé.

2. Retarder le premier bain du bébé d’au moins 12 h (certains parents attendent même 1 à 2 semaines) favorise l’allaitement spontané du bébé.

De nombreux facteurs pourraient expliquer ce lien, comme un premier contact peau à peau plus long avec la mère, la ressemblance entre l’odeur du sein et celle du liquide amniotique ou encore le fait qu’un bain précoce provoque une baisse de la température corporelle du bébé, ce qui peut le fatiguer.

3. Eviter les tétines et les sucettes

Ce type d’équipement peut perturber l’apprentissage de bébé dans la succion du sein.

4. L’allaitement à la demande

Faites téter votre bébé, sans horaire fixe, en fonction de sa demande. Le lait maternel se digère facilement c’est pourquoi votre bébé réclamera souvent dans un premier temps. Certains bébés espaceront les tétées de 2h et d’autres réclameront beaucoup plus souvent. Faites-lui confiance pour trouver son propre rythme. Un sein ou les deux à chaque tétée, c’est vous qui décidez. Il est tout de même important d’avoir en tête que le « plus nourrissant » du lait arrive en fin de tétée donc ne changer pas trop vite de sein!

Soutenir la maman 

Dans la tradition, les 40 jours qui suivent l’accouchement, la jeune maman ne devrait que ce consacré aux soins de son bébé : le nourrir, le masser, le langer, le bercer…

Ce temps est un temps d’adaptation : la lactation se met en place, le peau à peau est très rassurant pour ce petit bout de choux (Quel moment de douceur gravé dans la mémoire des parents !). Chaque membre de la famille prend ses repères et trouve sa place.

Ce temps est aussi un temps de récupération ! 9 mois de grossesse et un accouchement demande beaucoup d’énergie, de transformation, d’adaptation et d’effort à l’organisme. Au niveau hormonal, c’est un grand chamboulement ! Il est sain et souhaitable de laisser au corps un temps de récupération ! Le corps va cicatriser, les organes vont se remettre en place. Pour la jeune maman, il est essentiel de prendre des temps de repos/siestes en même temps que bébé dans la journée. L’entourage joue un rôle clef pour soutenir dans les tâches quotidiennes : course, repas, ménage !

Si vous voulez faire un cadeau au bébé, pensez à offrir un massage à maman plutôt qu’une énième girafe! Enfin, c’est ce que moi j’aurai préféré 😉

Alimentation santé, Conseils santé, cosmétiques naturels, Femme, Grossesse et maternité, Huiles essentielles, massage, peau

L’huile de ricin

Vertus et usages traditionnel de l’huile de ricin

Le ricin (Ricinus communis) appartient à la famille des euphorbes. C’est une magnifique plante annuelle qui aime les climats chauds comme le pourtour méditerranéen! Traditionnellement, c’est l’huile extraite des graines qui est utilisée.

Au 18ième siècle, l’huile de ricin est le purgatif le plus populaire en France. A cette époque, un adulte prenait 5g d’huile dans un jus pour un effet laxatif et 15g pour un effet purgatif. Cet usage est désormais déconseillé car la purge est jugée violente.

Autres usages

Force est de constater que le succès de l’huile de ricin à travers le monde provient essentiellement de son action sur la pousse des cheveux, dont elle freine aussi la chute. Elle est traditionnellement conseillée pour renforcer les cils et les ongles. Son principe actif, l’acide ricinoléique, stimule les prostaglandines situées au niveau du cuir chevelu. Pour donner un coup de fouet à la pousse, appliquez-la en masque sur les racines de vos cheveux pendant 20 minutes avant votre shampooing habituel. Sur les longueurs, elle renforce la fibre capillaire et répare les cheveux secs et fourchus. Vous pouvez aussi profiter de ses vertus anti-inflammatoires cutanées!

Le grande guide le l’aromathérapie et des soins beauté naturels propose une recette pour atténuer le disgracieux masque de grossesse : 3 ml d’huile de ricin + 1 ml d’huile essentiel de céleri + 1ml d’huile essentiel de carotte. Appliquer le mélange chaque soir, selon les précautions d’usage habituelles.

Sources :

Le petit Larousse des plantes qui guérissent

Alternatives Santé et Plantes et Santé

Non classé

EVJF O’naturel!

EVJF O’ Naturel

Si vous souhaitez profiter d’un moment de convivialité avec vos amies et offrir à la future mariée un moment rien que pour elle, je vous propose au choix :

  • préparation de 3 cosmétiques maison pour le groupe, au choix : dentifrice, barre de massage, masque capillaire, gommage pour le corps. Chacune repartira avec ses préparations!
  • Herboristerie familiale en fonction des plantes disponibles à la cueillette ! : stick « emergency » aux HE, faire une teinture mère, une huile solarisée de calendula ou de bleuet, vin de pissenlit, …
  • et pour finir en beauté, un massage bien-être de 50 minutes à 1h30 rien que pour la future mariée!

Pour l’atelier cosmétique/herboristerie, les prix peuvent varier en fonction du nombre de personnes, du matériel nécessaire et du lieu (à définir ensemble, entre 35 et 50 euros par personne). Pour le massage, le prix peut varier entre 50 et 75 euros.

Demander votre devis au 06 62 28 04 39

Alimentation santé, Le corps humain, risques

Ce qu’on sait du Coronavirus et des enfants

Il a pu être constaté que les cas d’enfants âgés de moins de 10 ans qui développent les symptômes de la maladie seraient autour de 1%, voire moins. Selon les chiffres de l’enquête et du modèle proposé par l’Institut Pasteur courant avril 2020, la mortalité chez les moins de 20 ans est de 0,0001%.  A ce jour, il n’existe que des hypothèses sur la raison pour laquelle le virus a moins de prise sur les enfants.

Voici le résumé des données fournies par la pré-étude  » Epidemiological Characteristics of 2143 Pediatric Patients With 2019 Coronavirus Disease in China »

*Les enfants peuvent contracter le SARS – Cov2 mais sont dans la très grande majorité des cas asymptomatiques ou peu symptomatiques.

*Il n’y aurait pas de différences significatives entre les filles et les garçons, dans leur susceptibilité à manifester le COVID 19.

Les enfants face au SARS – COV 2

Hypothèse n°1:

On sait que le système immunitaire des enfants ne fonctionne pas tout à fait de la même façon que celui des adultes, même si les études sur le sujet sont assez peu nombreuses. Comme pour les enfants, chaque pathogène rencontré est strictement nouveau pour l’organisme, et compte tenu de l’importance des contacts avec tous ces nouveaux pathogènes ‘crèche, cours de récré, …), les anticorps des enfants pourraient être, jusqu’à un certain âge, un peu moins spécifiques.

Les anticorps sont produits spécifiquement par le corps pour lutter contre un pathogène précis. Il suffit que le pathogène mute un peu pour que les anticorps ne soient plus efficaces. Avec des anticorps « à large spectre », les enfants auraient ainsi une réponse immunitaire acquise beaucoup plus efficace, leurs anticorps pourraient agir sur différentes variantes d’un même type de pathogène, et ainsi empêcher le développement de la maladie.  

Hypothèse 2 : la tempète cytokinique

La réponse immunitaire normale aux infections bactériennes et virales comporte la libération par les cellules du système immunitaire de messagers chimiques (cytokines) qui régulent et coordonnent les réponses immunitaires de l’hôte aux agents pathogènes envahisseurs. Un déséquilibre de la réponse cytokinique (tempête cytokinique) peut léser la barrière vasculaire, ce qui entraîne œdème tissulaire, une fuite capillaire, puis une défaillance polyviscérale.

Le choc cytokinique touche essentiellement des adultes dans la force de l’âge. Il semble que les enfants, dont le système immunitaire est encore immature, et les personnes âgées, dont l’immunité est affaiblie, soient plutôt épargnés par cette flambée immunitaire.

Ceci laisserait entendre que chez les plus jeunes, le système immunitaire ne s’emballe pas de la même façon, que la réponse inflammatoire est moins forte, ce qui n’entraînerait pas ou peu de complications sévères.

Hypothèse 3 : Les récepteurs ACE 2

Récepteurs Spike et Estérase de l’ACE2

Les marqueurs ACE2 (enzyme de conversion de l’angiotensine 2) sont les portes d’entrée du virus SARS – COV2 dans l’organisme. Ce marqueur est exprimé dans de nombreux organes : poumons, cœur, intestin, reins, cerveau. Le SARS-CoV2 utilise ce récepteur pour pénétrer dans l’organisme et débuter l’infection. Or, il est possible que les récepteurs ACE 2 soient plus nombreux chez les enfants que chez les adultes, ou bien que les récepteurs soient de forme différente. Ainsi, lorsque le virus utilise et bloque le récepteur, il en resterait de disponible pour les fonction habituelle de l’organisme. Ceci pourrait expliquer, l’absence de sévérité de la maladie au niveau pulmonaire chez les enfants.

Qu’est-ce que la maladie de Kawasaki?

C’est une maladie cardiaque qui implique parfois des artères coronaires, et qui se produit chez les enfants en dessous de 8 ans – avec fièvre, conjonctivite, une inflammation des muqueuses, une adénopathie, c’est-à-dire une inflammation des ganglions lymphatiques… C’est une sorte de réaction immunologique anormale dont on ne sait pas exactement par quoi elle est provoqué. Il y a beaucoup point d’interrogations autours de cette maladie, mais pas beaucoup de réponses. De nombreux médecins soulignent que cela ne change pas les données épidémiologiques que l’on connaît. Les enfants touchés ne sont pas condamnés, leur état s’améliore avec des soins. Il faut faire des recherches, et il faut garder à l’esprit qu’on parle de quelques dizaines de cas.

Autres sources : FranceCulture, Académie Marsaud

Spiritualité

Poème de Daisaku Ikeda

Persévérance

D’un cœur guéri et en paix naît l’humilité.
De l’humilité naît la volonté d’écouter l’autre.
De l’écoute naît la compréhension mutuelle
et de cette compréhension mutuelle naît
 un monde de paix.

Faire son possible est normal.
Aller au-delà de ses capacités est un défi.
Là où s’arrêtent mes capacités, commence ma foi.
Une foi forte voit l’invisible, croit l’incroyable,
et reçoit l’impossible