addiction, Alimentation santé, Perte poids

Addiction au sucre

sucre_tueur
Addiction au sucre

Le sucre flatte nos papilles, nous stimule et est souvent présenté comme une récompense. Pourtant, la consommation excessive de sucres dits « rapides » et d’aliments à indice glycémique élevé est responsable de nombreuses maladies chroniques : surpoids, troubles métaboliques avec explosion des cas de diabète de type II, maladies inflammatoires, risque cardiovasculaire, caries… Et pourtant, nous avons une envie d’y revenir encore et encore.

L’industrie agro-alimentaire utilise d’ailleurs bien notre tendance à l’addiction au sucre! Le sucre ajouté se cache dans un large éventail de produits alimentaires : céréales du petit déjeuner, dessers lactés, sodas, mais aussi de nombreux plats salés comme les soupes en boîte, sauces, plats cuisinés, pizzas surgelés, biscottes, biscuits apéritif, sandwichs, charcuterie… 

  • Sucres rapides, Indice glycémique :

On a longtemps considéré les sucres simples comme étant rapidement dégradés par les enzymes digestives, d’où leur surnom de sucres rapides, à l’opposé des sucres complexes, digérés plus lentement du fait de leur grande taille, donc considérés comme sucres lents.

Cependant, il s’avère plus pertinent de classer les sucres selon leur pouvoir glycémiant, c’est-à-dire leur capacité à faire varier la glycémie et la sécrétion d’insuline.

aliments-index-glycemique


C’est ainsi qu’est apparue la notion d’index glycémique :

  • Index glycémique > 60 = index glycémique élevé = forte libération d’insuline = sucre rapide
  • Index glycémique < 40 = index glycémique bas = faible sécrétion d’insuline = sucre lent

Enfin, chaque sucre se voit attribuer un pouvoir sucrant, représentant sa capacité à donner une impression de goût sucré.

  • Addiction ?
addiction

Pour rehausser le goût, conserver, assouplir, croustiller, colorer, améliorer la texture, fermenter… les industriels jugent ces ajouts de sucres indispensables.

Or, il est montré que plus on consomme de sucre, moins les récepteurs à la dopamine sur lesquels il agit, nous donnant cette sensation de plaisir, sont réactifs ; il faudra donc en augmenter les quantités ! Cet effet s’ajoute au fait que le sucre affole notre glycémie ou taux de sucre dans le sang, ce qui provoque « l’effet hypo » bien connu quand la glycémie redescend brutalement avec une sensation de malaise et des fringales de sucré. Un cercle vicieux !

Trop de glucose dérègle le métabolisme : un apport régulier et excessif de glucose oblige le pancréas à secréter toujours plus d’insuline. Nos cellules réagissent et le nombre de récepteurs à insuline diminue sur leurs membranes : on parle de « résistance à l’insuline ». Le pancréas doit produire de plus en plus d’insuline pour que le glucose soit utilisé… A la longue, se met en place un diabète de type 2 avec un taux élevé de sucre dans le sang aux effets délétères !

Sources de glucoses : Pains, biscuits, sauces, boissons de l’effort

  • Le cas du fructose ajouté

Dans les produits transformés, le fructose est présent sous la forme de sirop de glucose-fructose. Ce sirop est obtenu par hydrolysation d’un ingrédient de base bon marché, l’amidon de maïs, via différents procédés industriels. Sources de fructoses : jus de fruit, certaines compotes, glaces, biscuits, confitures, pâtisseries industrielles

Son métabolisme est très différent de celui du glucose : sa prise en charge par le foie aboutit à la formation d’acide urique et produit des enzymes qui favorisent la production de triglycérides dans le sang (facteur de risque d’athérosclérose), l’augmentation des graisses dans le foie (risque de stéatose ou « foie gras ») et leur stockage notamment au niveau abdominal. Sa consommation chronique conduit à de l’hypertension, à une résistance à l’insuline plus rapide qu’avec le glucose, à un surpoids, voire à une obésité, au syndrome métabolique, au diabète et à une stimulation du circuit de la récompense et au désir de s’alimenter.

Il ne faut pas confondre le fructose ajouté à l’alimentation et le fructose naturellement présent dans les fruits et les légumes! En effet, lorsqu’on mange des fruits ou des légumes, l’absorption du fructose au niveau intestinal est nettement ralentie par les fibres. De plus, ils contiennent des antioxydants et phytonutriments naturels bénéfiques. Leur teneur maximale en fructose est de 10 gr en moyenne pour les fruits, 4 gr pour les légumes. Ainsi, il n’est pas possible de dépasser les capacités du foie à métaboliser le fructose des fruits/légumes.

  • Comment se libérer d’une addiction au sucre : 

Être accro au sucre n’est pas lié à vos états émotionnels mais à un désordre biologique orchestré par vos hormones et vos neurotransmetteurs (messagers du cerveau) qui se nourrissent de sucre. Plus vous leur en donner plus ils en redemandent.

L’OMS recommande de ne pas dépasser 25g de sucre / j  :

Pour montrer le difficulté, voici quelques repères :

25 g sucre / j = 1barre chocolatée ou 3 portions de corn flakes ou 3 cuillères à café de pâte à tartiner

Il existe plusieurs approchent pour se libérer d’une addiction. La première étape reste toujours d’avoir pris la décision. Ensuite, je vous conseille de vous faire accompagner par un professionnel de la santé qui pourra vous proposer un programme personnalisé.

  • Sources et remerciements : 

Observatoire des aliments

Nutergia

Conférence-Débat Grand Public le jeudi 19 mars 2015 – « Le sucre, chronique d’un tueur en série » – Professeur Vincent Castronovo

Spiritualité

4 Accords Toltèques, Don Miguel Ruiz

thailandeCes 4 principes, intégrés au quotidien, sont de bonnes bases pour cesser de se créer des souffrances :

Que ta parole soit impeccable

Parler sincèrement, sans médire, en cherchant les mots justes…

Cela permet véhiculer une bonne énergie par la parole, de ne pas se nuire par des discours médiocres ni de nuire à notre entourage.

Ne prends rien personnellement

En partant du principe que ce que les autres disent et font, est le reflet de leurs propres projections et réalités, il devient facile de ne pas prendre les choses personnellement et donc de ne pas souffrir de certaines paroles ou de certains actes.

Ne fais pas de suppositions

Combien de conflits sont nés de malentendus ou de non – dits? Combien de soirées passer avec le « petit vélo » dans la tête à ruminer, supposer et interpréter des gestes ou des paroles?

En ayant le courage de poser des questions, en prenant le temps de bien formuler ce que l’on souhaite exprimer, nos rapports avec les autres prennent une dimension plus profonde, saine

Fais toujours de ton mieux

Faire simplement de son mieux à chaque instant, pour que quelque soit le résultat de nos actions, nous puissions avoir la satisfaction d’être aller au bout. « Faire de son mieux » est un principe non figé puisque nous évoluons à chaque instant, notre potentiel s’exprime différemment à chaque instant également

Non classé

Après les excès des fêtes!

exces_fetes

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion de se retrouver avec nos proches et de partager des moments chaleureux… autour de mets copieux et nombreux!

Voici quelques conseils pour récupérer la forme après tous ces excès de table :

Conseil n°1 : Le bain chaud

2 soirs de cette semaine, prenez le temps d’un bain bien chaud pendant au moins un quart d’heure (jusqu’à légère sudation du front), puis se sécher rapidement et se coucher de suite en favorisant la transpiration, l’élimination des surcharges, et la détente profonde. Selon la technique de Salmanoff, cela crée une fièvre artificielle, mobilise les globules blancs et aide à 1’élimination des agents infectieux

AVERTISSEMENT : LES BAINS CHAUDS SONT FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUÉS chez les cardiaques et les personnes présentant des varices et ulcères variqueux (bains tièdes autorisés, 30 à 36 °C). 

Conseil n°2 : Alléger les dîner

Au moins 3 soirs de la semaine, penser à alléger vos dîners. Ma suggestion : le bouillon de légumes (poireaux, oignons, céleri).

Opter pour un régime végétarien pendant cette semaine, afin de mettre au repos votre système digestif.

Conseil n°3 : Le charbon végétal activé

charbon_vegetalEn plus de désintoxiquer le corps, le charbon végétal régularise les fonctions intestinales. Il peut donc être employé avec succès dans les cas de diarrhées, de gastro-entérites, de gastralgies, d’aigreurs d’estomac, d’aérophagies, de flatulences, ainsi que dans les états d’infection de l’intestin accompagnés de constipation et de fermentation intestinale.

Suite à des excès de sucreries, fritures ou alcool,  la prise de charbon végétal activé (dans les posologies indiquées par le fabricant) pourra agir sur les douleurs abdominales, les crampes et les brûlures, les ballonnements, … En réduisant les gaz intestinaux, le charbon végétal aide également à retrouver un ventre plat.

Le charbon végétal ne présente aucun effet secondaire mais Attention, ne pas le prendre avec un médicament car le charbon en neutraliserait les effets.

Conseil n°4 : Boire dés le levé

Un jus de citron frais avec de l’eau chaude pendant une semaine. Bien vous hydrater en dehors des repas.

Conseil n°5 : Dormez!

bien_dormirSe coucher une heure plus tôt ? S’offrir une sieste après déjeuner  ? …
Stratégie simple mais très importante, car c’est durant le sommeil que s’épurent nos cellules acidifiées, que se régénèrent nos énergies vitales et psychiques, et que nos immunités naturelles sont stimulées !

Conseil n°6 : Bougez!

Marchez, faites du vélo, nager… TOUS LES JOURS ! La vie est mouvement et notre corps en a besoin pour rester efficace et en bonne santé. Faites vous plaisir!