Alimentation santé, Conseils santé, Le corps humain, risques

Que savons-nous du COVID 19?

Face aux difficultés de confinement

Les coronavirus forment une grande famille de virus aux conséquences diverses ; certains sont connus pour ne provoquer que l’équivalent d’un simple rhume, tandis que d’autres, comme les SRAS-CoV-1 (celui de 2002-2003) et l’actuel SRAS-CoV-2, peuvent provoquer des syndromes respiratoires sévères, avec un taux de mortalité pouvant grimper jusqu’à plus de 10 % selon les catégories de populations touchées. Ce chiffre de 10 % est relativiser. En effet, le nombre de cas recensés en France étant tributaire du nombre de personnes testées, ce chiffre sera certainement revu à la baisse avec l’extension de l’usage des tests.

Que savons nous du Covid 19?
Les récepteurs cellulaires

Pourquoi les personnes présentant des troubles métaboliques sont-elles fragilisées face au COVID 19?

L’actuel coronavirus SRAS-CoV-2, partage 80 % de son génome avec son prédécesseur SRAS-CoV-1. Il utilise notamment les récepteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2).

Ces récepteurs ACE2 sont particulièrement présents au niveau du système respiratoire, du cœur, des vaisseaux sanguins, des reins et de l’intestin grêle. Ceci pourrait expliquer l’étendue des symptômes du Covid-19 : gène respiratoire, diarrhées ou augmentation du nombre de selles molles, perte du goût/odorat.

L’ACE2 fait partie du système rénine-angiotensine-aldostérone, qui gère la constriction des vaisseaux, la tension artérielle, l’élimination de l’eau et du sodium.

Aux personnes ayant de l’hypertension artérielle, il est souffrant prescrit des inhibiteurs des récepteurs ACE2. Ceci pourrait expliquer leur sensibilité face au virus, aux cotés des personnes diabétiques.

Les scientifiques chinois ont également relevé que leurs malades du coronavirus, présentant un syndrome de détresse respiratoire aiguë, avaient des taux de LDL-cholestérol particulièrement bas. La question de l’adaptation temporaire d’un traitement aux statines pourrait donc se poser dans le cadre de l’actuelle pandémie, comme l’explique la rédaction de l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante.

Le régime méditerranéen, un atout face au COVID 19?

A ce jour, et malgré l’absence d’essai clinique robuste, il y a une sorte de consensus pour recommander le modèle méditerranéen, en particulier chez les enfants et dans sa version riche en lipides. Outre les apports en nutriments et micro-nutriments qui favorisent le système immunitaire, le modèle méditerranéen dans sa version riche en lipides est particulièrement adapté à la prévention des pathologies virales. 

Pourquoi ?

Parce que les lipoprotéines constituent un élément essentiel du système immunitaire. Les lipoprotéines captent, stockent, paralysent et éventuellement détruisent les virus. Ainsi les personnes qui ont des concentrations faibles en lipoprotéines sont plus sensibles aux maladies virales.

Cliquer ici pour plus d’informations sur le régime méditerranéen.

Le COVID 19 détourne un pillier de notre système immunitaire

La plupart des virus, une fois détectés dans l’organisme, induisent dans le système immunitaire de leur hôte un relâchement d’interféron. Les interférons sont fabriqués par les globules blancs afin de réguler ou stimuler le système immunitaire.

D’après l’étude « Covid-19 : consider cytokine storm syndromes » publiée dans le LANCET de mars 2020, le virus est capable de se dissimuler de notre système immunitaire dans un premier temps. Il aurait donc du temps pour se multiplier sans rencontrer de résistance de l’organisme. L’infection finit par être détectée par les cellules immunitaires qui vont alors mobiliser, en retard et en grande quantité les interférons. Dans les cas graves, la réaction immunitaire peut-être démesurée, c’est la « tempête cytokinique ». C’est une sorte d’hyper-inflammation qui se traduit par une détresse respiratoire ou une défaillance multiviscérale potentiellement mortelles.

Au regard de ce mode de fonctionnement particulier du COVID 19, il convient d’être prudent dans la stimulation préventive du système immunitaire, que ce soit de façon « naturelle » ou allopathique.

Sources :

Alternativesante.fr

https://www.vulgaris-medical.com/

aimsib.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s